Grotte de la nativité

Grotte de la nativité

L’entrée est aujourd’hui placée sur le côté du lieu de la naissance de Jésus, mais on pense qu’au IVe siècle, elle se trouvait devant la zone presbytérale. Les petites façades des deux entrées latérales remontent à l’époque croisée. En descendant l’escalier sur la droite de l’iconostase, on accède à la Grotte de la Nativité. L’espace y est étroit et serré, et les murs, originellement irréguliers, forment un périmètre quasi rectangulaire. Les parois naturelles de la Grotte, décoré à l'époque de Constantin, furent recouvertes de marbre à l’époque byzantine.

L’on commença à vénérer l’autel de la Nativité, seulement à partir du moment où, à l’époque byzantine, l’on créa cet espace en mémoire du lieu précis de la naissance de Jésus. L’actuelle structure est désormais totalement différente de celle décrite par les pèlerins Focas et l'Abbé Daniel, au XIIe siècle. Deux colonnes en pierre rouge portant l’inscription « Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus », surmontent l’autel, au-dessus duquel est représenté la Vierge et l’enfant dans les langes, la scène du lavement, et celle de la venue des bergers. Sous l’autel se trouve l’étoile avec l’inscription en latin, « Hic de vergine Maria Iesus Christus natus est », en mémoire du lieu précis de la Nativité. A droite de l’autel, se trouve le lieu où Marie posa Jésus dans la mangeoire, qu’on appelle aussi la crèche. A ce niveau de la grotte, le sol est plus bas, et la pièce est constituée de colonnes semblables à celles byzantines de la nef centrale de la basilique, et des restes de deux colonnes croisées. En face de la crèche, il y a un petit autel dédié aux Mages, où la sainte messe est célébrée selon le rite latin. La structure de la crèche n’est pas originale, mais elle est le fruit de diverses retouches, dues à l’usure du temps et au passage des pèlerins.

Après l’incendie de 1869, les parois de la Grotte furent recouvertes d’amiante, don du Maréchal MacMahon, président de la République française, afin d’éviter tout risque d’incendie. Au-dessous du revêtement, les marbres croisés originels sont encore visibles, tandis qu’au-dessus, on peut voir des peintures sur bois, de médiocre qualité.

Grotte de la nativité

Le puits dit des Mages

« Le puits dit des Mages », qui correspond à une grande citerne proche du presbyterium, suscitait la curiosité des pèlerins. La Tradition rappelle que, dans la citerne se reflétait la lumière de l’étoile qui indiquait aux Mages le lieu exact de la naissance de Jésus.

Comme le racontent divers témoignages, la lumière de l’étoile resta imprimée dans le puits : « …et sur le côté nord de la Grotte, il y a un puits sans fond, et dans l’eau du puits, on peut voir l’étoile qui accompagna les Mages » (Epiphane la moine, XIe siècle).